De "K" à "K"
FR
TOUR DE FRANCE ETAPE 17
Tous dans les délais: bonne ou mauvaise nouvelle
pour nos partenaires nutrition ?
Florian Vachon n'était pas concerné. Comme Anthony Delaplace, son complice de la longue échappée d'hier vers Luchon, il n'avait pas de si mauvaises jambes sur la route de Saint-Lary. Il a juste fallu qu'il s'arrête pour que Greg, l'un de nos mécanos, change sa roue sur crevaison, et arrange un problème de chaîne dans les rayons.
Rien de grave. Armindo Fonseca, Benoît Jarrier, Jean-Marc Bideau et Romain Feillu n'ont pas terminé plus stressés. C'est la bonne nouvelle de la journée : eux qui craignaient ne pas arriver dans les délais de cette étape de montagne ultra-courte (125 kilomètres mais quatre cols), l'ont accompli. Avec une jolie marge de 5 minutes. Merci le grupetto !
Le "grupetto" est le petit peloton des moins bons grimpeurs qui se solidarisent à l'arrière de la course afin de remplir cette exigence de délais, là où un coureur esseulé serait vite en difficulté. " Il s'est constitué naturellement dans le premier col, le Portillon, expliquait Romain Feillu. Tout le monde descendait très vite et trois ou quatre gars en forme assuraient un bon tempo dans les ascensions. Ça s'est passé sans histoire. "
Parmi ces Saint-Bernard des Pyrénées, William Bonnet et Cyril Lemoine, deux hommes d'expérience. Cette " opération délais " réussie a toutes les chances de nous permettre de terminer à neuf, dimanche à Paris, le premier Tour de notre histoire.
Ce ne sera pas rien. On le doit aussi à nos partenaires nutrition, Sill Entreprises en premier lieu, qui permettent à nos coureurs de rester en parfaite santé après près de trois semaines de Tour de France.
Mais ça les arrangent vraiment qu'on soient encore si nombreux à table ?
24/07/2014