De "K" à "K"
FR
TOUR DE FRANCE ETAPE 19
Comment on est passés
entre les gouttes sur la route de Bergerac...
Ce matin, dans votre salle de bains, vous avez peut-être eu une pensée pour nous. La météo, à la radio, était claire: 17 départements du sud-ouest en vigilance orange, gros risques d'orages. On vous confirme, on était dedans. Et des seaux d'eau se sont déversés sur l'échine de nos coureurs entre Maubourguet et Bergerac.
Arnaud Gérard était devant : " Je ne sais pas si c'était mieux que dans le peloton tellement ça tombait fort. " Armindo Fonseca était dans le paquet : " Dire qu'on avait imaginé une étape tranquille... Près de cinq heures à flipper, tendus, peut de la chute à deux jours de Paris... Ça ne m'étonne pas que Navardauskas ait gagné, il est cinglé ! "
Comme la veille, Florian Vachon a gentiment bousculé Brice Feillu : " Il traînait derrière avant la bosse de Monbazillac. Je l'ai ramené fort, et " donné la main " (comme une petite rétro poussette) pour boucher les vingt derniers mètres... " Brice, plus loin, a eu des ennuis : " En haut de la côte, mon dérailleur électrique est tombé en panne. Bloqué sur le 11 dents. Pas question de changer de vélo vu comme ça roulait. Je n'ai pas paniqué mais j'ai dû finir comme ça. "
Dans une telle ambiance, c'est forcément Romain Feillu, notre acrobate, qui s'est le mieux débrouillé. Onzième à Bergerac, dans un sprint tronqué par une chute à trois kilomètres de l'arrivée.
" J'ai évité la gamelle avec Sagan, j'ai frotté avec Degenkolb, j'étais pas mal mais dans l'avant-dernier virage, j'ai eu un peu peur de glisser, je mets un coup de patin. Je n'arrive pas à boucher le trou sur la relance. Je m'étais un peu " fait la peau " dans la montée de Monbazillac, pour rester placé. " Demain, au moins, tous, ils seront seuls sur la route...
28/07/2014